SAINT LAURENT

Publié le par Lunettes noires

SAINT LAURENT

Au cours de cette année 2014, 2 films sur le couturier Yves Saint Laurent sont sortis.

J'ai déjà vu le premier il y a quelques mois : biopic classique avec les codes du genre : naissance et débuts difficiles puis reconnaissance et adoration, enfin déclin et déchéance. Ce genre, trop classique à mes yeux n'est vraiment pas un style que j'apprécie (je n'avais pas aimé "la Môme"…Je m'étais assoupi…Ceci dit, il existe quand même des exceptions. Un exemple : Le biopic "Walk the Line" sur la vie de Johnny Cash).

Le réalisateur de ce nouveau "Saint Laurent" a déclaré qu'il a cherché avant tout à faire un film de cinéma plutôt qu'un biopic traditionnel (?) Le mieux était d'en juger par moi même et d'aller voir ce film.

SAINT LAURENT

ll ne retrace pas toute la vie de Yves Saint Laurent, mais seulement une période de 10 années, de 1967 à 1976 exactement, période durant laquelle tout semble sourire au couturier. Mais au contraire, le réalisateur, Bertrand Bonello montre un Saint Laurent éprouvant les pires difficultés à exister et à être.

D'ailleurs à un moment Yves Saint Laurent/Gaspard Ulliel (qui incarne littéralement le couturier et montre ainsi qu'il est un grand acteur et pas seulement un mannequin pour Chanel) dit : "J'ai crée un monstre, maintenant je dois vivre avec…"

SAINT LAURENT

En fait, il ne va pas vraiment vivre avec. On le voit dans de nombreuses scènes, très réussies, essayer de s'évader de sa vie de grand couturier en s'abandonnant au LSD et à ses conséquences hallucinogènes.

Il s'évade aussi grâce au sexe et à l'amour qu'il éprouve pour Jacques de Bacher/Louis Garrel (remarquable). Cet amour est montré (parfois crûment) comme flamboyant et passionné, par rapport aux relations plus "tranquilles" qu'il entretient avec Pierre Bergé/Jérémie Régnier (je comprends mieux pourquoi Pierre Bergé n'a pas cautionné cette version !)

Malheureusement, le film est long. Il faut faire preuve d'une grande patience (une bonne demie heure) où il ne se passe rien, avant d'arriver, enfin, à ces scènes qui sont l'essence même du film.

SAINT LAURENT

Et les femmes dans tout ça?

Certes, elles sont un peu moins présentes dans le film que les hommes. Mais on voit bien qu'elles jouent un rôle primordial dans la vie privée et professionnelle de Saint Laurent.

Betty Catroux/Aymeline Valade est la muse, le double féminin du couturier (si comme moi, vous ne connaissez pas cette actrice, sachez qu'elle est à gauche sur la photo…On ne l'oubliera pas !). Loulou de la Falaise/Léa Seydoux est presque toujours présente aux côtés de Saint Laurent (elle EST Loulou de la Falaise) et Anne Marie Munoz/Amira Casar dirige d'une main de maître la maison de haute couture (on s'y croirait !)

Le réalisateur a choisi de montrer un Saint Laurent dévoré par ses nombreuses addictions. Le couturier apparait non pas comme un être lisse mais comme une personne complexe et torturée.

Ce film aurait pu être un chef d'oeuvre…Malheureusement, sa durée (excessive) ralentit trop son rythme. Il n'en demeure pas moins un excellent film.

C'est pourquoi j'attribuerai 8/10 à ce film. Il est pour moi très supérieur à la version précédente de Jalil Lespert.

Fiche technique :

  • Réalisation : Bertrand Bonello
  • Acteurs : Gaspard Ulliel, Jérémie Régnier, Louis Garrel, Léa Seydoux…
  • Genre : Biopic
  • Durée : 2h30

Commenter cet article

Cecile 02/10/2014 15:02

Je n'avais pas trop aimé la version de Lespert non plus, que j'avais trouvée trop "plate", pour moi ça manquait de peps. Je comptais aller voir le Bonello, histoire de comparer, mais sans grand enthousiasme malgré sa présence à Cannes. Du coup après avoir lu ton billet, je pense que je vais y aller avec un meilleur a priori ^^

Lunettes noires 30/10/2014 14:42

(J'essaie d'activer tant bien que mal le bouton "réponse", mais ça ne marche pas…Je te réponds avec ce commentaire)
Au contraire de toi, j'ai très nettement préféré cette version : je préfère les anecdotes à la bio dans les films.
Par contre, pour une bonne bio, je crois que il n'y a rien de mieux que les bouquins (je dis :"je crois" car je n'ai pas le souvenir d'avoir lu une bio ! J'ai toujours préféré les romans !)

J'avais mis 8/10 à ce film. Avec le recul, je baisserais légèrement ma note.
Quoiqu'il en soit, je reviens à mon commentaire précédent : y a-t-il un intérêt de réaliser 2 films sur YSL?


NB : dans ton prochain commentaire, note un lien vers ton blog (je ne l'ai pas encore fait, car je n'y arrive pas !)

Cecile 30/10/2014 10:45

Bon, eh bien finalement je n'ai pas aimé cette version non plus, peut-être même un peu moins que la précédente (mais c'est peut-être l'effet "rien de neuf sous le soleil"). Alors la photo est très belle mais j'ai trouvé que ça ressemblait plus à une succession d'anecdotes qu'à une biographie. Enfin en tout cas ce n'est pas vraiment ce que j'attends d'une biographie. Le seul avantage que j'y ai vu, c'est de donner une version un peu plus nuancée de la relation Bergé/St Laurent.
Ah c'est dommage, mais au moins ton article aura permis que je n'y aille pas à reculons ;)

Lunettes noires 02/10/2014 15:19

Bonjour,
En effet, cette "version" est radicalement différente du film de Lespert

Mais on peut se demander légitimement quand même si deux films sur Saint Laurent sont utiles.
J'attends ton retour impatiemment.
A bientôt sur ce blog