LES OPPORTUNISTES

Publié le par Lunettes noires

LES OPPORTUNISTES

Ce film a raflé 7 récompenses à la dernière cérémonie de remise des prix des Donatellos (l'équivalent des Césars en Italie), dont meilleur film, meilleur scénario, meilleure actrice principale pour Valéria Bruni Tedeschi, meilleure actrice dans un second rôle, meilleur acteur dans un second rôle, et 3 autres prix plus techniques…en outre, il a été en compétition de quelques autres festivals internationaux et va représenter l'Italie aux Oscars ! Plutôt alléchant sur le papier…

…et dans la salle de cinéma aussi :

entendre parler italien, c'est vraiment beau. Moi, cela me donne tout de suite envie de partir en vacances…près du lac de Côme (par exemple), où se déroule l'action de ce film choral.

LES OPPORTUNISTESLES OPPORTUNISTESLES OPPORTUNISTES

Je ne sais pas si c'est le charme de l'Italie, les maisons incroyables près du lac de Côme, le découpage du film en chapitres ou le jeu des acteurs qui rendent ce film attirant. En fait, je pense que c'est le mélange de tous ces éléments qui y contribue.

Il est vrai que cette région lombarde près du lac est tout simplement magnifique et contribue à l'esthétisme haut de gamme recherché par le réalisateur.

La maison (je devrais écrire le palais, plutôt !) concourt aussi à cet esthétisme : on a l'impression de feuilleter un superbe magazine d'architecture et de décoration : d'ailleurs, ce film a été honoré du "Ruban Argent" du meilleur décor (prix remis par des journalistes italiens spécialisés dans le cinéma.) Rien d'étonnant à cela.

LES OPPORTUNISTES

J'ai parlé d'un palais : il faut donc une reine. C'est Valeria Bruni Tedeschi qui endosse ce rôle. Elle est remarquable dans la peau de son personnage de riche bourgeoise : à la fois fragile et touchante, un peu naïve et lâche (parfois), mais toujours charmante et distinguée.

Je ne vais pas parler des autres actrices et acteurs de ce film : on les connait un peu moins. Pourtant, ils le mériteraient…ils sont au diapason du jeu de Valeria Bruni Tedeschi.

Autre côté très positif du film, c'est son montage : en effet, le réalisateur ne va pas choisir une narration classique. Il va rendre son film attractif et captivant (alors que le scénario paraissait un peu banal) en le découpant en chapitres : ce sont 3 points de vue différents de la même histoire. Et à chaque chapitre, on en apprend un peu plus sur les personnages et sur le déroulement des faits. Ce découpage est très plaisant, même s'il n'est pas nouveau.

Par contre, j'ai beaucoup moins aimé le fait que cette satire sociale d'une Italie en crise se déroule sur fond d'enquête policière : je ne vois pas l'intérêt. Mais je ne suis pas cinéaste et cet avis n'engage que ma personne. J'aurais préféré que les personnages (délicieusement détestables) soient encore un peu plus fouillés.

J'aurais aussi préféré que les divers thèmes abordés tels que la crise financière et ses conséquences sociales, la course à l'argent au détriment de la culture ne soient pas seulement survolés.

C'est à cause de ces derniers points que je n'attribuerai pas 8/10, mais 7,85649../10.

(NB : ceci dit, ce film est plutôt réussi. Il confirme que le cinéma italien est loin d'être mort)

Fiche technique :

  • réalisateur : Paolo Virzi
  • acteurs : Valeria Bruni Tedeschi, Fabrizio Bentivoglio, Valeria Godino…
  • genre : drame
  • durée : 1h50
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article