WHIPLASH

Publié le par Lunettes noires

WHIPLASH

Quand je pense que j'ai failli ne pas voir ce film…en effet, il est sorti en salles le 24 décembre…à cette période de l'année, et ce jusqu'à début janvier, j'ai plutôt la tête au fois gras qu'au cinéma ! Et au moment où j'ai voulu retourner dans une salle obscure, une actualité tragique a pris le dessus.

Du coup, je n'ai vu "Whiplash" que tardivement…tant pis…l'essentiel est que je l'aie vu…et je n'ai pas regretté…au contraire…

pourtant, au départ, ce n'était pas gagné d'avance : car un film que je croyais dédié complètement au jazz ne m'emballait pas plus que cela. Mais comme ce film a été unanimement salué par la critique professionnelle, par les spectateurs, qu'il est nommé à plusieurs reprises à la cérémonie des oscars, dont la catégorie "meilleur film" (et pas film musical) et a déjà reçu diverses récompenses, j'ai voulu comprendre les raisons de cet engouement.

Tout d'abord, je veux évacuer le fait que la thématique "film musical jazz" peut effrayer les non initiés. Mais le jazz ne sert ici que les besoins du film : il est un vecteur du film. En fait, "Whiplash" relate une "lutte" psychologique -et physique aussi- entre un jeune musicien, batteur de jazz et son professeur de musique, adepte d'une pédagogie très "douteuse" (c'est un euphémisme !)

WHIPLASH

Cet élève batteur assez doué apparait comme un "petit jeune" timide et assez candide. Mais, il va très vite montrer sa vraie nature au contact de ce prof tyrannique. On s'aperçoit assez vite qu'il est en réalité narcissique au possible, imbu de lui même, prétentieux, arriviste, etc…l'acteur qui joue ce rôle est bluffant…il est tellement bon dans son rôle d'adolescent prêt à tout pour y arriver…qu'il en deviendrait presque détestable.

WHIPLASH

A d'autres moments, on ne peut que compatir à sa souffrance physique intense à force de taper très très vite sur sa batterie à la recherche d'un tempo quasi impossible à trouver…le sang arrive…il pourrait s'arrêter, pense-t-on…mais non…

WHIPLASH

car c'est le professeur tyrannique qui le pousse dans ses derniers retranchements, à la façon d'un sergent instructeur de l'armée américaine qui insulte copieusement les jeunes recrues. Ce professeur (gourou ?), pas avide d'injures très gratinées, est lui aussi remarquablement interprété. L'acteur avec son crâne chauve, son tee shirt noir et ses biceps saillants tiendrait plus d'un néo nazi entraineur de boxe que d'un professeur de jazz !

WHIPLASHWHIPLASHWHIPLASH

Ces deux fabuleux numéros d'acteurs, le rythme endiablé du film et une mise en scène énergique, font que j'ai été "happé" par ce film dés les premières minutes…heureusement, il vous laisse volontairement respirer un petit peu…pour mieux recommencer…jusqu'à une scène finale d'anthologie.

Si j'avais vu "Whiplash" plus tôt, je lui aurais destiné une excellente place dans mon classement des meilleurs films vus en 2014. En effet, il mérite 9/10.

Fiche technique :

  • réalisateur : Damien Chazelle
  • acteurs : Miles Teller, J.K Simmons, …
  • genre : drame, musical
  • durée : 1h47
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article