COMME UN AVION

Publié le par Lunettes noires

COMME UN AVION

Il ne faut surtout pas s'arrêter à la publicité déplorable (mais involontaire) que France Inter a fait au film "Comme un Avion" en disant : "c'est l'histoire d'un homme passionné d'aviation qui devient amoureux d'un kayak dont il fait l'achat"!! C'est sûr que racontée de la sorte, on ne peut pas dire que la radio de service public incite les gens à aller découvrir cette comédie sur les écrans!

Mais comme Sandrine Kiberlain (que j'aime beaucoup) et Agnès Jaoui étaient dans le casting de ce film, j'ai voulu me faire ma propre opinion sur cette réalisation.

COMME UN AVION

Oublions le pitch malheureux qui a été fait.

Car ce film est une véritable pépite, un condensé de drôlerie et de poésie. Depuis longtemps, un film ne m'avait pas procuré une telle joie : je pense qu'en sortant de la séance, je devais encore afficher sur mon visage un sourire un peu niais.

Je ne vais pas raconter l'intrigue : c'est un peu vain et inutile. Par contre, il faut juste savoir que ce "kayak movie" bucolique (car oui, il est bien question d'une aventure kayakiste!) est rempli de petits bonheurs simples , mais ô combien communicatifs.

COMME UN AVION

Tout d'abord, c'est Sandrine Kiberlain qui va illuminer la première partie du film. Elle va se montrer très patiente et compréhensive, délicieuse et toujours charmante avec son mari, joué par Bruno Podalydès himself ; il incarne un anti-héros, fan de l'aéropostale, lunaire et rêveur à souhait, complètement obnubilé par toute sorte de gadgets un peu "techniques" qui se révèlent être toujours inutiles ou ridicules.

COMME UN AVION

Ensuite, c'est Agnès Jaoui qui va succéder à Sandrine Kiberlain et rendre l'image encore plus lumineuse. Elle incarne divinement une patronne pulpeuse d'une jolie guinguette. Elle règne gentiment sur tout un petit monde un peu barré, dont une des principales occupations est de boire de l'absinthe : on connait tous les effets de cette boisson bue sans modération!

COMME UN AVION

Dans cette galerie bigarrée, on trouve aussi une serveuse facétieuse, espiègle, gracieuse et pleine de charme (Vimala Pons) qui pleure quand il pleut! On pourrait croire que ce personnage est échappé d'un livre pour enfants…

Pour diverses raisons (que volontairement, je n'évoquerai pas) notre héros va vivre au contact de ces personnages farfelus et totalement libres une véritable parenthèse enchantée, au son de son ukulélé fétiche…

Ainsi, Bruno Podalydès a réussi le tour de force de rendre une odyssée riquiqui en kayak, absolument passionnante…non pas grâce à l'objet kayak lui même (peu importe), mais grâce aux rencontres fabuleuses et décalées que sa (très courte) aventure va engendrer.

Pour finir, il faut savoir que la dernière chanson du film est "Vénus" chantée par Bashung : si avec tout cela, vous n'allez pas voir ce film, c'est à rien y comprendre.

ma note : 9/10 (et pas que pour la chanson finale…)

Fiche technique :

  • réalisateur : Bruno Podalydès
  • acteurs : Bruno Podalydès, Sandrine Kiberlain, Agnès Jaoui, Vimala Pons, Michel Vuillermoz…
  • genre : Comédie
  • durée : 1h45
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vasco 18/06/2015 18:01

Super critique ! merci lunettes noires j'annule ma soirée prévue samedi soir et je file voir ce film !

Lunettes noires 18/06/2015 18:26

et mince….c'était pas le but!